Documentaires

Catégorie : Documentaires
dc. 18, 2008

Big Memory

Le 13 avril de cette année 2008, Benoît Lamy nous a quitté. Le départ douloureux de ce monde de notre ami cinéaste m’a glacé.

Big Memory
Tourner pour ne pas mal tourner

  Dédié à Benoît Lamy et à tous les cinéastes belges passés, présents et à venir.
Site internet
www.bigmemory.be
Note d'intention

Le 13 avril de cette année 2008, Benoît Lamy nous a quitté. Le départ douloureux de ce monde de notre ami cinéaste m’a glacé. Benoît, je le connaissais depuis notre première rencontre au Musée du Cinéma à l’occasion de la projection de son tout premier court-métrage au début des années septante. Nous étions donc plus ou moins de la même génération, celle des temps héroïques de l’I.A.D. Au cours des années qui suivirent on s’est beaucoup vu, puis un peu moins, puis plus du tout, avant de se revoir à nouveau et pour longtemps, pensais-je, sans vraiment trop y croire, car la vie est si vache et les cinéastes quelquefois si cow-boys. Il vient un moment dans nos existences où seule la mort sépare définitivement et il faut avoir entendu Léo Ferré évoquer en musique son poème testamentaire, « Les vieux copains », pour en ressentir toute la désespérance et en apprécier la beauté. Le hasard fait que ces dernières années, Benoît et moi habitions non loin l’un de l’autre. Le cimetière de Braine l’Alleud où il repose à présent est encore plus proche que ne l’était sa résidence perdue dans les bois, à quelques minutes à vol d’oiseau de chez moi.

Aussi, lorsque passent les nuages au-dessus de ma maison, il m’arrive de penser à lui, là-bas tout seul dans son coin de cimetière, qui ne peut plus les regarder et en apprécier l’étrange beauté.
Est-ce mal de songer à cela ? Chacun y répondra selon sa sensibilité et l’importance qu’il accorde aux autres, à leurs traces de vie.
Personnellement, je regretterai toujours de ne pas avoir filmé Benoît chez lui ; d’autant plus que lors de ma dernière visite à son domicile le 18 mars, au moment de le quitter, l’ami Benoît, debout sur le seuil de sa porte m’a dit ces derniers mots :
« S’il existe un autre monde, c’est là que l’on se reverra ».

D’où est née l’étincelle du projet que voici.

Son énoncé est simple, voire même basique : filmer tous les cinéastes de ce pays et les réunir sous un titre « générique ». Les filmer tous et toutes indistinctement de leur âge, de leur style, de leur genre, de leur talent.
C’est là une tâche énorme par le nombre élevé des cinéastes et complexe par le kaléidoscope riche et varié des personnalités.
Pour tenter de mener l’entreprise à bonne fin, il faudra, me semble-t-il, tenir compte du critère suivant : le ou la cinéaste devra avoir réalisé au minimum trois films sauf exception. En effet il m’est impossible physiquement et matériellement de filmer le ou la cinéaste qui ne serait l’auteur(e) que d’un seul court-métrage. Ce serait à la fois prématuré et irréalisable.
Ce projet, dont le tournage s’échelonnera sur plus de trois cents jours, est hors normes par rapport à tous ceux produits et réalisés à ce jour. Aussi, même si j’en ai eu l’idée et vous propose d’en être le maître d’oeuvre, il ne s’agit pas ici de MON film mais de NOTRE film à tous.

Vous l’aurez compris, ce ne sera pas une œuvre filmique susceptible de trouver place dans les habituels circuits de distribution, destinée au départ à faire carrière et à rapporter d’éventuels dividendes, mais plutôt de sauvegarder dans un même ensemble filmique, sorte de Mundaneum, l’image de tous ceux et de toutes celles qui vouent leur vie à la réalisation de leurs films.

Réalisation
Richard Olivier
Production
Olivier Films
Année
2008-...
Acteurs
Jean-Jacques Rousseau, Christian Mesnil, Luc de Heusch, Jean Noël Gobron, Jan Bucquoy, Harry Kümel, Gerald Frydman, Marc Lobet, Miel Van Hoogembent, Noël Godin, Marion Hänsel, Marc-Henri Wajnberg, Yvan Lemoine, Frédéric Sojcher, Jean Brismée, Jacques Campens, Emile Degelin, Eric Van Beuren, Patrick Hella, Michel Jakar, Olivier Smolders, Françoise Levie, Basile Sallustio, Chris Vermorcken, Thierry Zéno, Roger Beeckmans, Frédéric Fonteyn, Picha, Anne Michotte, Jean Harlez, Alex Stockman, Stéphane Streker, Michel Baudour, Paul Geens, Roland Lethem, Thomas de Their, Roland Verhavert, Jacques Boigelot, Jean-Marie Buchet, ... et tous les autres cinéastes de Belgique.
Durée
35 heures ou plus
Technique
Richard Olivier (caméra)
Format
DV, couleurs